Flexibilité et productivité accrue, limitation des risques psychosociaux, attractivité et fidélisation des employés, gain de temps et économies d’espaces : la mise en place du télétravail est un véritable atout pour les entreprises.

Longtemps décriée pour son retard en la matière, la France se laisse enfin séduire par le télétravail.

Le télétravail dans les grandes entreprises françaises

Finis les clichés du télétravail au bord de la piscine ou en caleçon dans le salon. Le télétravail a trouvé un nouveau souffle et se développe de manière rapide.

En atteste la multiplication des Accords de Télétravail dans les entreprises françaises : Atos, Air France, Alcatel, HSBC, Canal Plus, L’Oréal, CapGemini, Accenture, Alstom, Schneider, Hewlet-Packard, Areva, Bouygues Telecom, Michelin, Renault, Axa, Orange, SFR… 40% des entreprises du CAC40 ont désormais une politique de télétravail !

Diffusion du télétravail en Europe

Pourtant, les publications sur le télétravail continuent de relayer un nombre « officiel » de télétravailleurs datant de 2006, et situant la France parmi les mauvais élèves de l’Union Européenne.

Ce retard est souvent stigmatisé autour des raisons suivantes :

  • Un retard à l’allumage en équipement en TIC et dans le déploiement de réseau internet performant sur le territoire
  • Un problème de culture du management (présentéisme souvent préféré à la mise en place d’objectifs et au suivi de la performance)
  • Une administration très frileuse sur le sujet

Dans les faits, l’apparition de technologies mobiles de plus en plus performantes ont conduit depuis plusieurs années les travailleurs sur la voie du nomadisme, une forme de télétravail. Ainsi de nombreux employés travaillent aujourd’hui de manière régulière mais non encadrée en dehors du bureau.

Nombre de télétravailleurs en France

Source : Tour de France du télétravail (2012)

Aujourd’hui, 17% de la population active française pratique donc le télétravail, de façon informelle la plupart du temps, d’après les statistiques et enquêtes de LBMG. D’après un sondage OpinionWay, pas moins de 76% des salariés franciliens souhaitent télétravailler.

Chez les jeunes diplômés, ce chiffre monte à 98% d’après une étude de Deloitte. Les attentes sont fortes, en particulier dans les zones urbaines où le besoin de limiter les transports et de revoir l’équilibre vie privée – vie pro est immense.

Pourquoi un changement de cap aussi brusque ? Tout d’abord, il semble évident que le taux d’équipement en technologies mobiles est désormais très élevé dans les entreprises et crée des attentes fortes auprès des salariés. Pourquoi « aller travailler » (au bureau) quand on peut, grâce aux NTIC, travailler où on veut, quand on veut ?

Par ailleurs, une loi encadre désormais le télétravail dans le secteur privé. Depuis le 22 mars 2012, la loi Warsmann précise les droits et obligations des télétravailleurs, et de leurs employeurs. Pour le secteur public, une loi similaire a été adoptée à l’unanimité le 8 février 2012.

Coworking et tiers-lieux

Enfin, de nouveaux espaces de travail entre bureau et domicile voient le jour. Et c’est là à nos yeux la vraie révolution à venir. Des tiers-lieux de formes diverses offrent aux télétravailleurs (fixes ou nomades) des solutions de bureaux temporaires.  Du café wifi au centre d’affaires en passant par les business lounges, les télécentres ou les espaces de coworking, des milliers de bureaux partagés ont vu le jour en France, et renforcent  l’essor du télétravail en France.

A nous de dessiner la route vers le travail et les espaces de demain.

Pour en savoir plus sur la mise en place du télétravail.