LBMGLBMG

By Virginie

Travail nomade : quel impact sur la surface  ?

Le travail nomade ne cesse de se développer. D’ici à 2030, quelques 800.000 actifs pourraient travailler à distance en Ile-de-France, dans des tiers-lieux. En attendant, l’immeuble tertiaire se transforme en partageant ses espaces.

Nicole Turbé-Suetens, experte associée chez LBMG a contribué à cet article. Lire la suite

By Victor

« Quel bureau demain? » – les premiers résultats

« Quel bureau demain ? » est une expérimentation lancée par LBMG  en partenariat avec PRESheSam. Elle a pour objectif d’étudier durant 8 mois l’utilisation d’espaces de coworking et de télécentres par des salariés d’entreprises, et d’en mesurer les retombées pour les différentes parties prenantes, à savoir les salariés, les entreprises et les territoires.

  Read more

By Virginie

Tiers-lieux, le bureau partagé nouvelle génération

Venu de Californie, le concept de “coworking”, ou travail partagé, donne un réel dynamisme à la notion de “bureau flexible”. Les ouvertures d’espaces se multiplient. D’aucuns y voient la possibilité d’avoir des salariés à la fois plus productifs et plus heureux, de faire des économies par mutualisation des coûts, d’enrichir son travail et son efficacité par l’échange, de développer sa start-up en profitant de l’expérience des autres, de briser la solitude du travail à la maison, voire même de développer le tissu économique local, de “décarbonner” et désengorger le milieu urbain, jusqu’à favoriser l’apparition de nouveaux produits et services à valeur ajoutée. Lire la suite

By webmaster

Le télétravail pour réduire les émissions de CO2

Le télétravail pour réduire les émissions de CO2

Le télétravail est encore insuffisamment développé en France. Pourtant, outre les bienfaits pour les salariés et les entreprises le pratiquant, c’est véritablement l’environnement qui sortirait le grand gagnant d’une généralisation de sa pratique.

Ainsi l’étude 2010 du SYNTEC consacré au Green IT est un véritable plaidoyer pour le développement du télétravail comme solution de réduction des émissions de CO2 :

« 50% des émissions de CO2 sont liées aux déplacements professionnels (source WWF, 2008), et en France, un employé́ parcourt, sur le trajet domicile-travail, en moyenne 26 km par jour. Si les salariés travaillaient en moyenne 2 jours par semaine à leur domicile, cela induirait un gain direct de plus de 800 kg de CO2 par personne et par an, soit prés de 10% du bilan carbone d’une personne. »

Outre les bénéfices liés directement à la réduction des déplacements, l’étude met en lumière l’immense potentiel de réduction d’émissions liées à la diminution des espaces de bureaux nécessaires (consommation en chauffage, éclairage, climatisation…). Selon l’étude Smart 2020 publiée en 2008, ce potentiel est de 11,7 millions de tonnes pour la France. Ce qui équivaudrait à retirer près de 5 millions de voiture de la circulation !

Même son de cloche du côté du Telework Research Network aux Etats-Unis. Dans leur étude de 2011 ‘The State of Telework in the U.S.’, les auteurs mettent en lumière que les 3 millions de télétravailleurs américains permettent d’empêcher l’émission de quelques 3,6 millions de tonnes de CO2 chaque année. Si tous les travailleurs pouvant pratiquer le télétravail (environ la moitié des actifs américains), sur une base moyenne de 2,4 jours par semaine, ce serait plus de 50 millions de tonnes de gaz à effets de serre économisés par année aux Etats-Unis. Ce qui équivaudrait à retirer des routes pas moins de 20 millions de voiture dans le pays.

A l’heure où les pouvoirs publics semblent pris de court dans la gestion des pics de pollution, une organisation en amont et efficace du télétravail dans les entreprises serait une solution efficace plus que bienvenue. Il suffirait au gouvernement de proposer quelques lois très concrètes  pour inciter les entreprises à pratiquer le télétravail en règle générale (défiscalisation des journées télétravaillées), voire même les contraindre à imposer sa pratique lors des journées de forte pollution (par des systèmes de pénalités en cas de manque), pour éviter de se trouver démunis face aux prochains pics.

1 2 3
Interview de Nicole Turbé-Suetens pour Entreprise & Carrières sur le télétravail dans la fonction publique
Télétravail: Nicole Turbé-Suetens répond aux questions de APEC RH
Travail nomade : quel impact sur la surface  ?
Interview de Frantz Gault sur LCI
« Quel bureau demain? » – les premiers résultats
Demain tous télétravailleurs ?
Tiers-lieux, le bureau partagé nouvelle génération
Le télétravail pour réduire les émissions de CO2