LBMGLBMG
La fin des idées reçues sur le télétravail

par Hortense Penhirin

Si le télétravail est en passe de se démocratiser en France avec les ordonnances Macron, les clichés persistent et il est parfois difficile de déceler le vrai du faux. C’est ce que LBMG Worklabs tente de faire dans ce dossier grâce au sondage que nous avons réalisé auprès 7600 salariés (télétravailleurs, managers ou collègues de télétravailleurs) de différentes entreprises entre 2013 et 2017.

Ce dossier est composé de deux articles présentant le point de vue du manager et du salarié.

Télétravail VRAI vs. FAUX

épisode 1 : le point de vue du manager


1. Le télétravailleur va passer son temps à glander 

idées reçues télétravail

FAUX. De nombreuses études démontrent que les salariés travaillent mieux chez eux qu’au bureau car ils sont moins souvent interrompus. Il faut savoir qu’en openspace un employé est dérangé environ toutes les 11 minutes* par le téléphone, un collègue…

Ainsi, les salariés sont en moyenne 12% plus productifs en télétravail qu’au bureau*.

Les sondages réalisés par LBMG le confirment : 94% des managers et collègues estiment les télétravailleurs plus efficace lorsqu’ils travaillent à distance.

2.  Le télétravail va détériorer la communication dans l’équipe 

idées reçues sur le télétravail

FAUX. Selon notre sondage, 71% des salariés estiment que le télétravail n’a pas eu d’impact sur l’échange d’informations dans leur équipe et 22% trouvent même qu’il s’est amélioré.

Les équipes sont souvent déjà habituées à utiliser des moyens de communication digitaux (mail, Skype, Slack…) pour échanger entre elles. Une fois que les équipes se sont accordées sur la structuration de leurs échanges digitaux (quel média pour quel type de message, définition de règles de communication), la communication demeure aussi fluide qu’avant, d’autant que les télétravailleurs restent présents au bureau quelques jours par semaine pour échanger de façon plus informelle.

Les sondages montrent également que les télétravailleurs restent tout aussi disponibles pour leur équipe, voire davantage qu’au bureau.

 

3. Le télétravail va affecter la dynamique de groupe 

idées reçues télétravail

FAUX. Dans les entreprises accompagnées par LBMG, 83% des salariés estiment que le télétravail n’a pas affecté la cohésion de l’équipe et 12% estiment même qu’elle s’est améliorée.

Les télétravailleurs étant plus concentrés et productifs lorsqu’ils sont à distance, ils font à l’inverse preuve d’une plus grande ouverture / sociabilité quand ils sont au bureau.

De bonnes pratiques peuvent aider à garder la dynamique de groupe, notamment le fait de limiter le télétravail à 1 ou 2 jours par semaine, d’organiser régulièrement des réunions avec toute l’équipe ou encore de mettre en place des règles de fonctionnement stimulant la collaboration à distance.

 

4. Je ne vais plus pouvoir surveiller mes collaborateurs 

idées reçues télétravail

VRAI. Le télétravail implique de revoir les modes de management ! Il n’est plus possible de contrôler les horaires de présence des salariés, ni de jeter un œil sur leur écran en passant derrière eux. Mais cela est-il nécessaire ?

Le télétravail implique de fonder le management sur des relations de confiance et d’évaluer les salariés au vu du travail produit.

Le rôle du manager évolue : il doit aider le télétravailleur à atteindre ses objectifs et veiller à ce qu’il reçoive toutes les informations transmises au sein de l’équipe.

Or, selon une étude de l’Université de Pennsylvanie menée auprès de 46 entreprises américaines, le télétravail contribue à faire évoluer le management en améliorant les relations de confiance entre les salariés et leur supérieur hiérarchique.

C’est également ce que révèlent les sondages réalisés par LBMG : un tiers des télétravailleurs et la moitié des managers déclarent que leurs relations de confiance se sont améliorées depuis la mise en place du télétravail (les autres n’ont pas vu d’impact).

 

5. Le télétravail va chambouler l’organisation du travail 

idées reçues télétravail

FAUX MAIS… Dans 80% des cas, le télétravail a peu ou pas d’impact sur l’organisation au sein des équipes.

Toutefois, derrière ce chiffre se cache un travail réalisé en amont pour identifier les transformations (technologiques, organisationnelles…) induites par le télétravail afin de les anticiper.

Par exemple, il faut prévoir que les téléphones portables des télétravailleurs soient intégrés aux boucles téléphoniques pour ne pas créer de report de charge sur les salariés restés au bureau. Il faut également anticiper l’organisation des réunions avec l’ensemble de l’équipe, soit installant des outils efficaces pour communiquer à distance (par ex. une salle insonorisée avec du matériel de téléconférence), soit en sacralisant une journée sans télétravail pour pouvoir réaliser des réunions en présentiel le jour dit.

Si la mise en place du télétravail est bien anticipée et accompagnée, elle aura peu d’effet sur l’organisation du travail. Une exception toutefois : dans le cas où l’entreprise ne serait pas dématérialisée, le télétravail aura un impact conséquent, pas nécessairement sur l’organisation interne (process, répartition des rôles…), mais sur les modalités du travail.

 

6.  Le télétravail représente un risque pour la sécurité des données 

idées reçues télétravail

FAUX. La question de la sécurité des données constitue un frein récurrent à la mise en place du télétravail, l’idée qu’un salarié puisse manipuler à domicile des données bancaires, personnelles ou business cristallisant de nombreux fantasmes.

Pourtant, 65% des pertes de données sont liées à des erreurs humaines ou des actes de fraude interne, soit des situations qui existent sans télétravail (partage de données avec des interlocuteurs extérieurs, le manque de discrétion dans des lieux publics…).

De plus, l’accès à distance au système d’information de l’entreprise se fait par un canal sécurisé de type VPN, qui reproduit les conditions de sécurité appliquées en entreprise. C’est donc avant tout par une politique claire de sécurité, et une formation efficace des salariés à celle-ci, qu’on traitera le “risque du télétravail” !

 

7. Le télétravail favorise l’engagement des salariés 

idées reçues télétravail

VRAI. La France est un des pays avec les plus mauvais taux d’engagement des salariés ! D’après le sondage Gallup « State of the global workplace » de 2013, seuls 11% des salariés français sont activement engagés dans leur entreprise, et 28% en sont activement désengagés.

Or les trois-quarts des télétravailleurs considèrent que le télétravail a amélioré leur motivation au travail.

Plus étonnant, 89% des managers et 66% des collègues de télétravailleurs sont également plus motivés depuis la mise en place du télétravail dans leur entreprise.

Le télétravail a également un effet positif sur la convivialité dans l’équipe ainsi que les relations de confiance entre les télétravailleurs et leur N+1. Dans les entreprises ayant mis en place le télétravail, on constate que le turn-over baisse de 15% et l’absentéisme de 60%.

Sources :

Etude de l’Université de California, 2005  , Etude de Stanford University Pennsylvania University 2007 , Global Workplace Analytics

Enregistrer

Enregistrer

Consultante chez LBMG Worklabs, je partage sur ce blog mon regard sur le monde du travail, et en particulier sur les évolutions des modes et espaces de travail.
Hortense Penhirin
À propos Hortense Penhirin
Consultante chez LBMG Worklabs, je partage sur ce blog mon regard sur le monde du travail, et en particulier sur les évolutions des modes et espaces de travail.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Nwesletter LBMG imaginons le travail de demain

Abonnez-vous à notre Newsletter

Suivez toute l'actualité et les tendances du travail de demain !

Votre abonnement a bien été enregistré, merci !

La fin des idées reçues sur le télétravail
Télétravail : stop aux idées reçues 1/2